Intervention: « Petite poucette…en Trans »

par Amélie Vernusset

Au sein de la session « L’archiviste en son miroir« , mercredi 30 mars de 10h30 à 12h, présidée par Christine Nougaret.

kalender

Le numérique est partout, Michel Serres nous dit même qu’après le passage de l’oral à l’écrit, puis de l’écrit à l’imprimé, la troisième révolution que connaissent actuellement nos société occidentales est la passage de l’imprimé aux nouvelles technologies. Au cœur de ces révolutions, l’écrit. Et lorsque nous parlons d’écrit, nous parlons aussi d’archives, de documentation, d’information. Le numérique bouscule nos pratiques archivistiques, documentaires et informationnelles en nous offrant de nouveaux outils, bien entendu, mais surtout en nous forçant à réévaluer nos positionnements (services généraux, AMOA, etc.) et nos méthodes (agilité, qualité, risques, etc.). L’académicien évoque la génération « Petite poucette », qui se situe entre 0 et 35 ans, née avec les nouvelles technologies, dont nous faisons parties. Article co-écrit par une archiviste et une consultante en gestion documentaire, il sera l’occasion de partager notre point de vue sur nos formations, nos pratiques métiers, nos approches du monde du travail et ce que nous imaginons pour l’avenir de notre branche professionnelle dans ce contexte numérique. Nous nous appuierons sur des ressources bibliographiques de références de nos disciplines et d’autres métiers connaissant des évolutions ou problématiques similaires, mais également sur les témoignages d’autres professionnels de notre entourage ou encore sur les offres d’emplois, les programmes des formations françaises et étrangères, etc. Notre communication se déroulera alors autour de deux axes principaux.

Dans un premier temps, nous montrerons que le positionnement de nos activités dans les organisations s’affirme, que nous sommes de plus en plus sollicités et visibles sur des projets transverses  (par exemple, il n’est plus rare de voir convié un professionnel de la gestion des documents dans la mise en place d’un SI RH), nos politiques et dispositifs d’archivage sont audités, etc. Ainsi, nous soutenons que nos fondamentaux sont toujours valables dans l’univers numérique mais nécessitent d’être transposés.

Nous souhaitons développer, dans un second temps, que nos métiers participent d’une évolution générale des organisations d’une part et de la société d’autre part. En effet, non seulement nous déclinons les mots d’ordre de fonctionnement des organisations – performance, amélioration continue, transparence, travail collaboratif, transversalité, management du risque – dans nos métiers, mais de surcroît nous participons à les élaborer et/ou à les piloter. Cette transformation digitale atteint tous les domaines (l’industrie, la banque, le management, etc.) Les mutations sociétales dues au numérique créent des producteurs de plus en plus avertis et perspicaces. Les professionnels de l’information suivent et accompagnent ces mutations inéluctables au quotidien, dans toutes les organisations, dans les groupes de réflexion nationaux (AAF, ADBS, etc.) ou internationaux (ICA). Nous expliquerons ainsi les raisons qui nous poussent à être optimistes sur l’avenir de nos métiers, si nous apportons quelques modifications dans nos façons de les concevoir afin de renforcer et développer nos positions.

 

Intervenante

vernusset02

Traductrice de formation, Amélie Vernusset a exercé pendant huit ans en tant que rédactrice technique puis responsable des connaissances dans l’informatique et l’industrie. En 2013, elle suit au CNAM la formation en ingénierie documentaire puis, en 2014, le certificat de spécialisation en archivage et records management. Depuis elle travaille comme consultante en gestion des documents et archivage au sein de la société GDoc Lasercom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *