Intervention: « Le cahier de laboratoire électronique à l’Inserm : changement de pratiques, changement de paradigme »

par Hélène Chambefort et Fanny Brizzi

Au sein de la session « Voyage à travers la qualité« , vendredi 1er avril de 11h à 12h15, présidée par Baptiste Nichèle.

kalender

Fin 2013, le département Système d’information de l’Institut national de la santé et de la recherche médical a réfléchi à la mise en place de cahiers de laboratoires électroniques. Début 2015, ce projet est officiellement lancé par la direction de l’institut. Le cahier de laboratoire est un outil d’enregistrement au quotidien des expériences scientifiques effectuées dans le cadre d’un projet de recherche. À l’heure actuelle, les cahiers de laboratoire sont essentiellement papier, et doivent être archivés de manière pérenne car ils permettent une transmission du savoir, et également de justifier de l’antériorité d’une recherche en vue notamment d’un dépôt de brevet. De nombreux cahiers de laboratoire, papier, sont actuellement archivés selon une procédure bien établie.

Le projet de cahier de laboratoire électronique (CLE) est porté par le DSI. Vingt-neuf équipes de recherche sont également associées à cette expérimentation pour tester ce nouvel outil. Le service des Archives quant à lui a été approché dès le début de la réflexion pour apporter son expertise. Ce projet suscite de nombreuses interrogations : comment garantir la qualité des données ? Quels changements d’usage et de pratique engendre-t-il pour les chercheurs ? Quelle est la place de l’archiviste dans un tel projet ? Quelles nouvelles questions soulève-t-il dans la pratique archivistique ? Quelles opportunités de collecte et de conservation permet-il, notamment au sujet des données associées ? Etc.

Pour répondre à toutes ces questions, nous proposons une communication à deux voies entre la chef de projet informatique, par ailleurs ancienne chercheure en Immunologie, et l’archiviste experte sur ce projet. Cette communication reviendra dans un premier temps sur la genèse du projet et les nouveaux usages qu’engendrent, pour les chercheurs, l’utilisation d’un cahier de laboratoire électronique. Pour interroger ensuite les raisons de leur archivage et les problématiques et opportunités qui en découlent.

 

Intervenantes

Hélène Chambefort, responsable des archives au département de l'information scientifique et de la communication DISC de l'Inserm, Paris. Portrait réalisé le 11 février 2014 à la Maison de la Chimie, Paris.

Responsable du service des Archives de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Hélène Chambefort a mis en place et développé la politique d’archivage dans son établissement en partenariat avec les Archives nationales et les services d’archives d’autres établissements publics et universités. Elle réfléchit également à la valorisation des archives scientifiques afin que ces archives soient communiquées au plus grand nombre. Hélène Chambefort est l’une des représentantes des organismes de recherche au sein de la section AURORE dans laquelle elle s’investit pleinement et ce depuis sa création. Elle a par ailleurs rejoint le CA de l’AAF. Elle est Passionnée par son métier d’archiviste et en particulier par les archives scientifiques, pour cette raison elle participe au développement de nombreux outils partagés par la communauté.

Brizzi

Ingénieur de recherche et chef de projet sur l’étude et la mise en place des cahiers de laboratoire électroniques au sein du  département système d’information de l’Inserm. Fanny Brizi a par ailleurs une formation de chercheur en immunologie.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *