Intervention: « Pour une amélioration de la description archivistique : insertion dans un réseau ouvert de connaissances par le biais des métadonnées »

par Frédéric Noyer et Tobias Wildi

Au sein de la session « Utiliser les nouveaux modèles et relier les réservoirs de données« , vendredi 1er avril de 9h à 12h15, présidée par Romain Wenz.

kalender

À l’ère du tout numérique et du renouvellement des approches d’analyse de données au service des humanités numériques, on attend de l’archiviste qu’il offre le cadre pour une consommation totale du document devenu un binôme « données primaires » + « métadonnées ». Concrètement, une représentation visuelle fidèle, un contenu informationnel indexable et des métadonnées descriptives. La tâche de rédaction et de collecte de ces dernières est un savoir-faire spécifique de notre profession, qui, malgré son caractère formel et les efforts en matière de normes applicables, reste indéniablement une interprétation. Sa qualité dépend de plusieurs facteurs et peut faire l’objet d’une évaluation.
Dans cette optique, notre contribution a pour objet la discussion de la mesure de ce qui rend la description archivistique digne de confiance (trustworthy) et plus particulièrement de l’effet en la matière des technologies du web de données. Ces outils – en accrochant potentiellement toute unité de description à n’importe quelle autre donnée au travers de ses métadonnées – permettent d’insérer le document dans un réseau de connaissances. Le degré d’ouverture de cette interconnexion est un facteur clé de la qualité de la description. Pour ce faire, il convient d’une part de porter attention au choix de référentiels d’autorités mêlant ressources métier (idéalement extérieures à l’institution) et tiers de confiance, d’autre part d’envisager la diffusion des descriptions comme un partage de données plutôt que comme la publication d’un instrument de recherche.
Ainsi, nous entendons mettre en valeur par des exemples concrets comment l’interconnexion avec un réseau informationnel rend plus intelligible et plus transparent le travail de description, permettant ainsi d’en réduire la subjectivité et le caractère particulier à une institution.

 

 

Intervenants

Noyer

Frédéric Noyer est digital archivist et membre de l’équipe de direction chez Docuteam GmbH. Formé à la fois comme historien et comme informaticien de gestion à l’Université de Fribourg, il contribue à des projets ayant trait à l’accès et à la valorisation d’archives par des moyens numériques ainsi qu’à des outils métier de description. Il est membre du groupe de travail « Accès et transmission » de l’Association des archivistes suisses et le délégué de l’association dans le groupe de travail OpenGLAM.

Wildi

Tobias Wildi est directeur de Docuteam GmbH. Il a étudié l’histoire et l’informatique à Zurich et Lausanne et est titulaire d’un CAS en archivistique et sciences de l’information. Ses domaines d’activité en rapport avec l’archivage électronique sont les structures de données et de métadonnées ainsi que les stratégies de préservation des biens culturels numériques. Il est président de la Commission fédérale suisse de la protection des biens culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *