Intervention: « Retour aux sources : l’archiviste et l’édition scientifique numérique »

par Florence Clavaud et Christine Nougaret

Au sein de la session « Pratiques et médiations numériques : les archives à l’écran », jeudi 31 mars de 14h à 17h15, présidée par Antoine Courtin.

kalender

Le propos de cette conférence est de montrer que l’édition scientifique de documents, lorsqu’elle est faite en ligne, est pour les services d’archives une formidable opportunité de valorisation et de médiation de leurs fonds.

Ainsi, le Centre Jean-Mabillon de l’École nationale des chartes et les Archives nationales (AN) se sont-ils associés pour réaliser une édition scientifique numérique de testaments de poilus repérés dans les séries de minutes produites par les notaires de Paris et conservées aux Archives nationales. Allant au-delà des instruments de recherche analytiques existants, cette édition est nécessaire, à la fois comme outil scientifique (afin d’étudier les testaments, en tant qu’écrits du for privé, pour analyser le degré d’adhésion des soldats à la guerre et leur attitude face à une mort probable), et comme outil mémoriel pour tous les publics, à l’heure où l’on commémore le centenaire de la Grande Guerre.

Dans un premier temps, les travaux ont permis d’identifier, de numériser, de décrire et de transcrire environ cent trente testaments olographes au sein de trois études parisiennes. Leur transcription, enrichie de notes et d’une indexation des personnes et des lieux de décès, a été encodée en TEI. Les fichiers TEI ont servi pour produire un premier site web d’édition numérique.

Les intervenantes présenteront le corpus, les principes et méthodes d’édition et le site web réalisé ; puis elles évoqueront les perspectives d’extension du périmètre du projet et les moyens d’y parvenir.

À partir de cet exemple, elles proposeront une réflexion sur les enjeux et opportunités de l’édition numérique de documents pour les services d’archives.

 

 

Intervenantes

Clavaud

Archiviste-paléographe, conservateur en chef du patrimoine. Successivement responsable du service de reproduction des documents puis du service des nouvelles technologies aux Archives nationales (centre parisien) de 1990 à 2004, puis consultante (salariée de la société Anaphore) de 2004 à 2007, responsable pédagogique du Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’histoire » et responsable de projets d’humanités numériques à l’Ecole nationale des chartes de 2007 à 2013. Aujourd’hui responsable des référentiels documentaires (vocabulaires et référentiel des producteurs) aux Archives nationales. Egalement membre de l’équipe de recherche de l’Ecole nationale des chartes, responsable de plusieurs projets numériques centrés sur l’édition critique numérique de textes. Membre de plusieurs groupes de travail nationaux et internationaux, en particulier membre du groupe d’experts du CIA sur la description archivistique (responsable de la réalisation de l’ontologie). Membre du Consortium TEI et de l’association Humanistica.

PHOTO Christine Nougaret

Conservateur général du patrimoine, Christine Nougaret est depuis septembre 2007 professeur à l’École nationale des chartes (Paris), titulaire de la chaire « Institutions, archivistique et diplomatique de la période contemporaine » ; elle est rattachée à l’École doctorale conjointe de l’École nationale des chartes et de l’université Paris Sorbonne.

Elle est membre fondateur du Groupe de recherche sur les écrits du for privé du Moyen Âge à 1914 qui recense et décrit tous les écrits du for privé conservés dans les collections des archives et des bibliothèques publiques en France.

Diplômée de l’École nationale des chartes en 1982, Christine Nougaret a débuté comme archiviste de la ville de Nantes (1982-1991). Nommée conservateur au ministère de la Culture (Direction des archives de France) en 1991, où elle a été notamment en charge des relations internationales (1997-1999), elle a dirigé plusieurs services au sein des Archives nationales, notamment la Section des archives privées (1999-2006). Parallèlement elle a été experte auprès du Conseil international des archives (1992-2000), dont elle a présidé le Comité international des normes de description archivistique, qui a produit la norme internationale de description archivistique ISAD/G (1996-2000).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *