Conférence inaugurale: « L’archive et la massification des données : une nouvelle raison numérique ? »

Après les discours d’ouverture, place à la conférence inaugurale de Bruno Bachimont intitulée « L’archive et la massification des données : une nouvelle raison numérique ? »

Le numérique n’en finit pas de déployer les conséquences des transformations qu’il entraîne sur les contenus. Les récentes et néanmoins déjà fort prisées sciences des données sont là pour nous indiquer qu’en face de la massification inédite des documents liée aux nouvelles conditions de leur captation et stockage, l’outil numérique n’intervient pas/plus seulement pour naviguer dans un océan de contenus pour y retrouver celui qui est intéressant ou qui est pertinent ; les outils élaborés prennent en charge désormais une forme de lecture, qu’on appelle « distant reading » ou « lecture globale », où l’algorithme se substitue au regard humain. Palliatif nécessaire, transformation de la lecture, qu’on le déplore ou le célèbre, nous assistons à un changement de perspective qui entraîne son lot d’interrogations. Nous proposerons de voir dans ces nouvelles approches un nouveau nominalisme qui aborde les sciences de la culture

à travers le calcul, à l’instar du nominalisme médiéval qui relégua le réalisme du langage pour laisser place à de nouvelles approches de la nature par l’expérimentation et le calcul. Mais on argumentera que ce nominalisme ne peut être sans partage, et qu’il reconduit à des difficultés de lecture et d’intelligibilité où l’expertise critique doit s’approprier les nouvelles médiations du calcul. A la variabilité des contenus culturels, l’homogénéité du calcul peut devenir un facteur d’oubli en rapportant la singularité herméneutique à l’aléa statistique. Le numérique apparaît alors comme une entité ambivalente, facteur de création et de

diversité culturelle par la prolifération des formats, copies et variantes, et en même temps instrument de neutralisation de ces différences. Le dialogue entre l’archive et le numérique n’est pas près de se terminer.

Biographie

Bachimont

Après une formation d’ingénieur en informatique (Ecole des Mines de Nancy, 1985), Bruno Bachimont effectue un doctorat en intelligence artificielle sur la résolution automatique de problèmes (université de Paris 6, 1990) et un doctorat de philosophie sur l’articulation entre la technique et la connaissance (Ecole Polytechnique, 1996). Il obtient une habilitation à diriger les recherches en 2004. Bruno Bachimont a travaillé comme ingénieur Chercheur à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris ; il a dirigé la recherche de l’institut national de l’audiovisuel de 1999 à 2001 pour ensuite rejoindre l’université de technologie de Compiègne. Il fut en parallèle conseiller scientifique de l’INA de 2001 à 2012. Il est aujourd’hui Directeur de la Recherche de l’Université de Technologie de Compiègne depuis 2006 où il enseigne la logique, la philosophie et l’ingénierie des connaissances et des documents.

Bruno Bachimont travaille sur l’ingénierie des connaissances et des contenus dans une perspective pluridisciplinaire, mobilisant la philosophie de la technique et du numérique d’une part et l’ingénierie documentaire et ontologique d’autre part. Il a élaboré une méthodologie de construction d’ontologie et a travaillé sur les techniques documentaires d’indexation. A présent, il expérimente ses recherches théoriques sur la préservation numérique et les outils de la mémoire ; il s’intéresse en particulier aux contenus artistiques et culturels où sont explorées les conditions de possibilité d’une philologie et herméneutique numériques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *